Archive for the tricky Category

Sunday classic : Portishead

Posted in Dummy, massive attack, nyc, Portishead, roseland, third, tricky, trip hop on April 20, 2008 by freeyourmind

Photo: Thefabulous9mm

Elo écrivait jeudi dernier à propos de Third, le 3ème opus de Portishead, qu’elle était en quelque sorte une enfant de ce groupe période Over, titre présent sur leur second album.

Quant à moi, c’est plutôt Dummy (1er album) qui me parle le plus… Ou lorsqu’un duo de Bristol composé de Beth Gibbons et de Geoff Barrow, réalise la bande originale de son époque…

C’est en 1994 que l’album Dummy est révélé au monde… Et c’est sur fond de génocide Rwandais, d’embargo imposé à l’Irak en relation avec la Guerre du Golfe et d’épidémie du Sida que le grand public accueille cette œuvre mélancolique et introspective, avec… enthousiasme (!). La presse britannique élit Dummy comme album de l’année. Le groupe reçoit en 1995 le très convoité Mercury Prize, devançant Oasis, Blur et PJ Harvey.

Tous les titres de l’album sont empreints d’une mélancolie très mid-1990s dans la lignée de ce que font Massive Attack et Tricky, mais Roads est selon moi au dessus du lot…

En 1998, après un second LP moins bien perçu par le grand public, Portishead sort Roseland NYC Live, un somptueux album principalement enregistré à Roseland, New York avec un orchestre de 35 musiciens. Roads y est interprété bien entendu…

Comment expliquer qu’un titre joué une dizaine (une centaine?) de fois produit en moi une émotion aussi forte à chaque écoute: la chair de poule, quelquefois les larmes, les frissons toujours. It has to be a Sunday Classic, no doubt about it…


Advertisements

Paris Social Club Private Opening Party

Posted in busy p, club, Ed Banger, electro, felix da housecat, gildas, inauguration, jeff mills, masaya, paris social club, sebastian, soirée, techno, tricky on January 17, 2008 by freeyourmind

Virtual

Reality

Est-ce qu’on peut vraiment parler de l’ouverture d’un nouveau lieu…?

C’est en substance ce que je me disais hier soir en arrivant à la soirée (privée) d’ouverture du Paris Social Club (ex-Triptyque)… Pas si social que ça le club, les fumeurs sont dehors! Ha non, c’est la loi ça…

Bon, la queue est dense mais je suis sur liste normalement…. Bingo, la fille me trouve! Je rentre en moins de 10 mns. A la question posée au paragraphe précédent, je réponds “oui, c’est un nouveau lieu”! A peine le vestiaire passé, je reconnais à peine l’ancien Triptyque: tout est nouveau, les murs noirs sont parés d’un quadrillage blanc de sorte à donner l’impression d’être de grands carreaux noirs… Je ne sais pas si c’est clair (!), mais l’effet est très réussi et rehaussé par un réseau de néons sur tout le plafond qui changent de couleurs… Tantôt lumière noire, tantôt clignotants, l’ambiance globale est différente de tout ce que j’ai pu voir à Paris jusqu’à présent. On se croirait presque dans une autre ville, Berlin au hasard!

Bon voilà, c’est là que tout se complique… Entre l’open bar qui est pris (et que je prends) d’assaut, les 10 personnes (dont 7 filles) au mètre carré, la chaleur et le leader de Das Pop qui chante, tout s’embrouille dans ma tête! C’est comme ça que cela devrait toujours être un club: packed and wild!!


Pas bien difficile de rentrer dans la fête, tout le monde est euphorique (open bar effect)! Et c’est un défilé pendant 1 bonne heure…

Pedro content d’être là…

Etc etc etc… Au détour d’un couloir, je croise même Tricky himself! Mais il n’est pas très coopératif pour la photo voire carrément hostile… je passe la main. Bon OK, Hassen du SDF a plus de chance que moi sur ce coup-là!

Gildas & Masaya succèdent à Midnight Mike aux platines et comme à leur habitude, ils envoient du très très lourd! Les gens lèvent les bras au ciel: ce n’est heureusement pas qu’une soirée d’inauguration où tout le monde se regarde désabusé la coupe de champ’ à la main…

Il est très vite 2h du mat’. Je repasse par la case Social Club ce soir (Felix da Housecat), demain vendredi (SebastiAn, Busy P, So Me) et samedi soir, je vais au Rex (Jeff Mills)… Je crois que je vais me rentrer moi…

2008 commence décidément très fort… Paris renait-il de ses cendres tel le phœnix ou est-ce le chant du cygne… A suivre