Archive for the paris social club Category

On est dans la merde

Posted in justice, le paris paris, paris social club, rex, stress, tryptique on May 28, 2008 by freeyourmind

L’histoire se répète.

Le problème de la France et des Français est qu’on attend toujours de toucher le fond pour se dire “maintenant, il faut réagir”. Aller, j’ose : alors qu’en cette fin mai pluvieuse, les uns fêtent non sans une étincelle dans les yeux les 40 ans d’une révolution sociale appartenant presque à la préhistoire tant les choses ont changé aujourd’hui, leurs enfants (dont moi) se rendent compte d’une chose : on est dans la merde….

On est dans la merde car d’un point de vue purement culturel, l’heure est aussi à la globalisation. Les majors du disque telles des Robert Parker de la musique uniformisent le goût des gens et tout a la même saveur…

On est dans la merde car pour s’en sortir ces même majors imposent aux médias, les radios en 1er lieu, leurs playlists qui ne correspondent plus à rien si ce n’est à un maelström indigeste, une bouillasse sonore qui leur garantit des revenus mensuels de plus en plus sporadiques.

On est dans la merde car les défricheurs de talents qu’étaient les fanzines et autres magazines musicaux suivent la tendance et pour vendre toujours plus de numéros se font les relais de ces même maisons de disque (et ne me parlez pas des blogs !).

On est dans la merde car en bout de chaîne, le consommateur (que nous sommes tous) est de moins en moins exigeant, sort de moins en moins souvent et lorsqu’ils se bougent enfin le c**, il va là où tout le monde va, danse quand les autres dansent et rentre chez lui avec le dernier métro.

Et là, tu dois te dire “Mais où veux-tu en venir, mec ?!”.

Alors que le Rex fête ses 20 ans, j’apprends ce matin qu’à quelques encablures de ce qui est le dernier club décent de PARIS (de FRANCE ?), le Paris Paris vit ses dernières heures. Je ne suis pas un ami personnel de Marco Dos Santos, je ne le connais même pas (et dieu sait que j’ai pu critiquer la prog du lieu), mais si les clubs ferment les uns après les autres, si l’offre de sortie culturelle (oui, un club est bien un lieu de sortie culturelle) se réduit à une peau de chagrin (et ne viens pas me parler du Social Club, il ne doit sa création qu’au décès du Tryptique), c’est ce même phénomène de concentration qu’on observe dans le monde de l’entreprise qui va se dupliquer à celui de la nuit. Il ne restera plus que des grandes surfaces de la nuit, des dancefloor de supermarchés, des centres commerciaux sonorisés.

Et de laisser le mot de la fin à MDS:

“PARIS, LA PLUS BELLE VILLE DU MONDE.
PARIS, UN SUPERBE POULET BIEN DORE LABEL ROUGE MAIS BIENTÔT SANS ABATS ET SANS ORGANES.

JE VOUS LAISSE, C’EST L’HEURE DE LA STAR AC’.”

Finalement, histoire de faire réagir tout le monde, c’est Xavier et Gaspard qui ont eu raison : Stress


Dirty dirty dancing with Club Collective

Posted in Arnaud Frisch, club collective, gonzales, ile enchantee, paris social club, princess lea on April 8, 2008 by freeyourmind

Si tu suis un peu, tu auras remarqué que j’écris depuis quelques temps pour Club Collective. Lancé à Paris il y a quelques mois seulement, ce site propose un contenu de qualité aux internautes clubbers : agenda/compte-rendu des soirées, photos ou vidéos (ainsi qu’une section blog bien sûr !). Le site passe à la vitesse supérieure et organise demain soir dès 21h à L’Ile Enchantée (65 bvd de la Villette, 75010) une soirée où les contributeurs du site mixeront…

Aux platines, Princess Lea (Breakbeat, electro) qui sévit depuis quelques années déjà dans le petit monde du clubbing parisien et toute la dream team du site (dont moi!) pour 5 heures d’electro, minimal, techno… En entrée libre!!

Enfin, histoire d’illustrer la qualité du contenu proposé par Club Collective, voici un interview d’Arnaud Frisch (co-fondateur du Paris Social Club) réalisé par l’équipe du site…

Au fait, j’ai interviewé Gonzales hier soir à la release party de Soft Power qui se tenait au Paris Paris…! En ligne sur FYM cette semaine!!

3 clubs, 3 DJs, 3 tracks

Posted in batofar, Ed Banger, electro, hip-hop, JENNIFER CARDINI, paris social club, rap, rex, switch, wu-tang clan on March 4, 2008 by freeyourmind

Fin de semaine dernière, j’ai fait preuve d’une (sur)activité nocturne hors du commun. Je préfère t’en parler, ça va me soulager…

Jeudi 28 février : Nuits Sonores Tour @ Rex Club
J’ai jamais brillé en mathématiques et pourtant, ce soir-là, j’ai tout pigé au live de Principles of Geometry. Par contre, les autoroutes c’est pas ma came. Et Oxia le premier DJ à s’emparer des platines après les matheux nous a matraqué d’une minimal ennuyeuse et sans surprise… Puis vint le règne Cardini. Inutile d’en faire des tonnes, tout le monde connait cet enfant du Pulp. Et ce soir, ce fut avec elle une véritable plongée en apnée au cœur des abysses d’une electro sombre et hypnotique. De retour à la surface, je garde en tête un moment magique où Jennifer fait mine avec sa main droite de jouer au piano sur un morceau, ce morceau superbe…

Francesco Tristano – The Melody (Carl Craig remix)

Vendredi 29 février : Switch @ Paris Social Club
Yeah yeah c’est facile de dire du Social Club qu’il n’est qu’un club parisien de plus, sans originalité, avec son cortège habituel de jolies poupées lookés et de jeunes garçons échevelés… En tout cas, la prog assure depuis l’ouverture et ce soir, c’est au tour de Switch de se glisser aux commandes du vaisseau sonore de la rue Montmartre. A peine arrivé, j’entends un son Hip-Hop/R’n’B assez inédit pour ce lieu! La population l’est tout autant: B-Boys and Girls aux allures de Beyoncé! Moi j’aime. Rapidement, le son mute et j’aperçois le petit barbu du clan Ed Banger, So-Me c’est ça… Mouais, je le préfère derrière sa table de graphiste que derrière celle de mixage! Switch débarque au bout d’une heure pour remettre un peu d’ordre dans ce bordel saturé. Il ne balance pas beaucoup de prod à lui et préfère nous surprendre mais je sautille de plaisir quand j’entends les premières notes de ce track qu’il a produit et qui laisse présager d’un album 2008 prometteur…

Santogold – Creator

Samedi 1 Mars : Roc Raida (X-Ecutioners) @ Batofar
Et là surprise: à croire que le son de la veille a laissé des traces, je redemande une seconde tournée de Hip-Hop/
Turntablism! Pour se faire, direction le bateau rigolo du quai François Mauriac. Alors là, si j’avais pas eu assez de look extra-larges et casquettes de base-ball, je suis servi! Mais l’ambiance est plutôt bon enfant et les basses résonnent à faire sauter les rivets du Batofar! Il fait de plus en plus chaud, tous les classiques Hip-Hop défilent: A Tribe Called Quest, Black Sheep, KRS-One, Public Enemy… Et bien sûr, le Wu-Tang Clan, avec ce titre, un classique, ici légèrement remixé…

Ol Dirty Bastard – Shimmy Shimmy Ya (Rock Steady Drew Likes It Raw)

T’es prêt pour le prochain marathon electro avec moi, ou quoi?!

KITSUNE MAISON TOUR @ Bataclan, Paris

Posted in autokratz, bataclan, digitalism, electro, gildas, kitsune, masaya, paris, paris social club on February 2, 2008 by freeyourmind

Je m’y attendais. Une tournée KITSUNE MAISON avec comme première date, une soirée au Bataclan, c’est évident qu’il y a aura du monde. Arrivé à 1h du mat’, l’entrée de la salle du boulevard Voltaire (11e) est noire de monde. Même avec mon billet digi-machin, je dois lutter pour avancer.

Un fois à l’intérieur, c’est beaucoup moins peuplé qu’à l’extérieur! Digitalism n’a pas commencé à jouer. J’entends les gens parler de Kitsuné Maison 5 : décevant, très moyen, bien en deçà des précédentes… Et c’est vrai que j’ai été déçu comme tout le monde par le dernier ouvrage de Gildas & Masaya…

Alors que je sirote ma vodka tonic, les teutons de Digitalism s’installent… et envoient rapidement du lourd! Le son est très bien réglé au Bataclan, c’est un bien meilleur son que la majeure partie des clubs de la capitale (hormis le Rex).

Toujours aussi efficace, les tracks défilent: Digitalism in Cairo, Zdarlight, Jupiter Room… C’est la 3ème fois que je vois Digitalism en live et je ne suis jamais déçu! La foule non plus, le Bataclan sue à grosses gouttes…

J’avoue être un peu déçu par le fait qu’ils ne joueront pas un track de plus ou de moins dans leur live. Réglés comme du papier à musique, ils délivreront une heure de super 98, de quoi alimenter le moteur du dancefloor mais pas une minute de plus!

C’est pas grave. Gildas & Masaya se mettent place. Je me souviens de leur live dantesque au Cabaret Sauvage… une tuerie!

Hé bé non! Les moufles enfilées au Paris Social Club par nos 2 compères sont de retour et leur set n’est ni révolutionnaire (quasiment le même tracklist qu’au PSC – sans surprise) et ils ont bien du mal à caler proprement leurs disques! Et le son est devenu très très moyen!!

Il est désormais 3h, j’ai à peine esquisser mon pas de danse mythique et je commence à ressentir une lassitude grandissante. Autokratz qui succèdent à Gildas & Masaya terminent de miner la dynamique alimentant mon cortex cérébral… je me rentre.

En ce 2 février, est-ce le début des soirées entre amis, apéros electro et autres joyeuseries domestiques?

Socializing with Manu Barron about PSC

Posted in electro, manu barron, paris, paris social club, techno on January 28, 2008 by freeyourmind

Le 16 janvier dernier, lors de l’inauguration de la nouvelle salle évolutive de la capitale, Olivier et Cédric de Babyloneye sont allés à la rencontre de Manu Barron. Explications sur les axes de réflexion qui ont conduit à l’ouverture du Paris Social Club mais aussi sur l’avenir du clubbing parisien et autres préoccupations contemporaines…

Interview Paris Social Club
envoyé par Babyloneye

1st friday night @ Paris Social Club: blasé?!!

Posted in busy p, daft punk, Ed Banger, electro, paris social club, sebastian, so me, techno on January 21, 2008 by freeyourmind

I don’t think so… (In the mix with SebastiAn)

Source: Uranie

Paris Social Club Private Opening Party

Posted in busy p, club, Ed Banger, electro, felix da housecat, gildas, inauguration, jeff mills, masaya, paris social club, sebastian, soirée, techno, tricky on January 17, 2008 by freeyourmind

Virtual

Reality

Est-ce qu’on peut vraiment parler de l’ouverture d’un nouveau lieu…?

C’est en substance ce que je me disais hier soir en arrivant à la soirée (privée) d’ouverture du Paris Social Club (ex-Triptyque)… Pas si social que ça le club, les fumeurs sont dehors! Ha non, c’est la loi ça…

Bon, la queue est dense mais je suis sur liste normalement…. Bingo, la fille me trouve! Je rentre en moins de 10 mns. A la question posée au paragraphe précédent, je réponds “oui, c’est un nouveau lieu”! A peine le vestiaire passé, je reconnais à peine l’ancien Triptyque: tout est nouveau, les murs noirs sont parés d’un quadrillage blanc de sorte à donner l’impression d’être de grands carreaux noirs… Je ne sais pas si c’est clair (!), mais l’effet est très réussi et rehaussé par un réseau de néons sur tout le plafond qui changent de couleurs… Tantôt lumière noire, tantôt clignotants, l’ambiance globale est différente de tout ce que j’ai pu voir à Paris jusqu’à présent. On se croirait presque dans une autre ville, Berlin au hasard!

Bon voilà, c’est là que tout se complique… Entre l’open bar qui est pris (et que je prends) d’assaut, les 10 personnes (dont 7 filles) au mètre carré, la chaleur et le leader de Das Pop qui chante, tout s’embrouille dans ma tête! C’est comme ça que cela devrait toujours être un club: packed and wild!!


Pas bien difficile de rentrer dans la fête, tout le monde est euphorique (open bar effect)! Et c’est un défilé pendant 1 bonne heure…

Pedro content d’être là…

Etc etc etc… Au détour d’un couloir, je croise même Tricky himself! Mais il n’est pas très coopératif pour la photo voire carrément hostile… je passe la main. Bon OK, Hassen du SDF a plus de chance que moi sur ce coup-là!

Gildas & Masaya succèdent à Midnight Mike aux platines et comme à leur habitude, ils envoient du très très lourd! Les gens lèvent les bras au ciel: ce n’est heureusement pas qu’une soirée d’inauguration où tout le monde se regarde désabusé la coupe de champ’ à la main…

Il est très vite 2h du mat’. Je repasse par la case Social Club ce soir (Felix da Housecat), demain vendredi (SebastiAn, Busy P, So Me) et samedi soir, je vais au Rex (Jeff Mills)… Je crois que je vais me rentrer moi…

2008 commence décidément très fort… Paris renait-il de ses cendres tel le phœnix ou est-ce le chant du cygne… A suivre