Archive for the justice Category

Histoire d’un succès planétaire

Posted in air, around the world, boys noize, daft punk, darlin, gondry, justice, new order, violaine schütz on July 24, 2008 by freeyourmind


Juste pour l’expérience anthropologique, je prends souvent mes déjeuners avec des gens « cools » de la musique ; ces types qui te parlent de « claps » et de « pieds » ou du nouveau DJ underground de Detroit (qu’il faut « absolutly » connaître, quoi !).
On discute aussi de choses plus ou moins hypes et parfois intéressantes.

Genre, le premier bouquin sur Daft Punk – paru il y a un bon mois et demi maintenant – aux Editions Scali.

Parlons-en.
Continue reading

3, the magic number: Justice, DSL, SebastiAn

Posted in dog, dsl, Ed Banger, ed rec vol 3, find me in the world, justice, sebastian, stress on June 18, 2008 by freeyourmind

(c) Marco Dos Santos

Cela ne t’aura pas échappé si tu traînes un tant soit peu dehors malgré une météo capricieuse (affichage sauvage oblige), la nouvelle compil Ed Rec vol. 3 est sortie il y a moins de 10 jours. Si j’ai « tardé » à en parler ici, c’est que la déferlante fluo a été tellement violente ces derniers mois que je tends à m’éloigner d’un mouvement qui n’engendre plus rien de très qualitatif. Pourtant, le dernier opus du label de Busy P est notable à 3 égards…

Tout d’abord, l’auto remix de Justice du morceau qui a fait polémique ces derniers mois, j’ai nommé Stress. Les 2 frenchies les plus célèbres à l’étranger depuis Daft Punk ont passé Stress à la moulinette Rondo Veneziano (comme quoi, ils ne sont toujours pas remis du refus de Fabric de prendre leur CD mixé où justement R Veneziano y figurait; j’en parle ici) et les 2 premières minutes de montée du track sont élégamment soutenues par des violons. C’est très plaisant, utra jouissif et redonne un bon coup de jus à un titre qui ne m’avait jamais vraiment convaincu; tout en rappelant aux sceptiques que ces 2 lascars ont du potentiel et que leur album est quand même sacrément bon…

boomp3.com
Justice – Stress (auto remix)

Ensuite, DSL. J’avais un a priori négatif sur ces gars-là. Surtout depuis que j’avais vu qu’ils figurent sur la bande original du « film » Génération Electro qui sort début juillet (je croise les doigts pour un bide). Les paroles du morceau évoquent avec aigreur et non sans une certaine ironie, les vices d’une société de consommation dont ils sont pourtant au centre, en faisant partie d’un label comme Ed Banger Records. Auto-critique et prise de recul, c’est pas original mais ça fait plaisir à entendre. Par ailleurs, le track ne sonne pas trop « quartier » et donne aussi envie de se déhancher. Bref, un bon compromis entre prise de conscience et groove. Prometteur.

boomp3.com
DSL – Find me in the world

Last but not least SebAstian. Auteur d’un récent EP ultra décevant MMA, je n’attendais plus grand-chose de ce Sébastien là… Mais Dog est une bonne claque aux mauvaises rumeurs : n’espère rien de fin voire de mélodieux, Dog est la bande-son idéale d’un mauvais film de série Z, gore et malsain au possible (type Braindead tu vois). Ou quand Iron Maiden fait un gosse à Aphex Twin, version Come to Daddy. Les lyrics sont hurlées (par qui ?) et tout ce qu’on comprend c’est le Dog du refrain, haché et cauchemardesque. J’adore…

boomp3.com

SebastiAn – Dog

Malgré leur bonne réputation, tu peux faire l’impasse sur DJ Mehdi et Mr Oizo, ils n’ont pas beaucoup brillé sur ce coup-là…

On est dans la merde

Posted in justice, le paris paris, paris social club, rex, stress, tryptique on May 28, 2008 by freeyourmind

L’histoire se répète.

Le problème de la France et des Français est qu’on attend toujours de toucher le fond pour se dire “maintenant, il faut réagir”. Aller, j’ose : alors qu’en cette fin mai pluvieuse, les uns fêtent non sans une étincelle dans les yeux les 40 ans d’une révolution sociale appartenant presque à la préhistoire tant les choses ont changé aujourd’hui, leurs enfants (dont moi) se rendent compte d’une chose : on est dans la merde….

On est dans la merde car d’un point de vue purement culturel, l’heure est aussi à la globalisation. Les majors du disque telles des Robert Parker de la musique uniformisent le goût des gens et tout a la même saveur…

On est dans la merde car pour s’en sortir ces même majors imposent aux médias, les radios en 1er lieu, leurs playlists qui ne correspondent plus à rien si ce n’est à un maelström indigeste, une bouillasse sonore qui leur garantit des revenus mensuels de plus en plus sporadiques.

On est dans la merde car les défricheurs de talents qu’étaient les fanzines et autres magazines musicaux suivent la tendance et pour vendre toujours plus de numéros se font les relais de ces même maisons de disque (et ne me parlez pas des blogs !).

On est dans la merde car en bout de chaîne, le consommateur (que nous sommes tous) est de moins en moins exigeant, sort de moins en moins souvent et lorsqu’ils se bougent enfin le c**, il va là où tout le monde va, danse quand les autres dansent et rentre chez lui avec le dernier métro.

Et là, tu dois te dire “Mais où veux-tu en venir, mec ?!”.

Alors que le Rex fête ses 20 ans, j’apprends ce matin qu’à quelques encablures de ce qui est le dernier club décent de PARIS (de FRANCE ?), le Paris Paris vit ses dernières heures. Je ne suis pas un ami personnel de Marco Dos Santos, je ne le connais même pas (et dieu sait que j’ai pu critiquer la prog du lieu), mais si les clubs ferment les uns après les autres, si l’offre de sortie culturelle (oui, un club est bien un lieu de sortie culturelle) se réduit à une peau de chagrin (et ne viens pas me parler du Social Club, il ne doit sa création qu’au décès du Tryptique), c’est ce même phénomène de concentration qu’on observe dans le monde de l’entreprise qui va se dupliquer à celui de la nuit. Il ne restera plus que des grandes surfaces de la nuit, des dancefloor de supermarchés, des centres commerciaux sonorisés.

Et de laisser le mot de la fin à MDS:

“PARIS, LA PLUS BELLE VILLE DU MONDE.
PARIS, UN SUPERBE POULET BIEN DORE LABEL ROUGE MAIS BIENTÔT SANS ABATS ET SANS ORGANES.

JE VOUS LAISSE, C’EST L’HEURE DE LA STAR AC’.”

Finalement, histoire de faire réagir tout le monde, c’est Xavier et Gaspard qui ont eu raison : Stress


Everything falls appart #2 (DSL, Santogold, Justice)

Posted in creator, dsl, Ed Banger, justice, santogold, stress on May 20, 2008 by freeyourmind

Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens (hein ?!)…

Ou comment les rois de la récup’ grasse et inesthétique (j’ai même pas envie de chercher qui se cache derrière tout ça…) s’emparent du mouvement Tecktonik, pour ratisser encore plus large y collent le terme (un peu fourre-tout, il faut le dire) d’Electro et y incorporent aussi (tant qu’à faire) la mode Fluo avant de saupoudrer le tout d’une caution artistique en la personne de DSL Ed Banger (well done Pedro), pour sortir le blockbuster de l’été, plus fort que les Ch’tis, j’ai nommé “Génération Electro”.

A mon époque, il y avait la Génération X; aujourd’hui, il y a la “Génération Electro”. Tout fout le camp…

Gros buzz l’an dernier autour de son creator tonitruant et hybride qui remixait allègrement les sonorités grime-booty du fin fond de l’East London avec les guitares punk saturées d’un Brooklyn surchauffé, Santogold était censée jouer ce soir au Nouveau Casino. “Etait” car la jeune femme a purement et simplement annulé le concert à la dernière minute ! Raison : “la chanteuse est soudainement atone” dixit Mélanie Bauer de Radio Nova. De qui se moque-t-on ? Info ou intox ?! Moi, j’ai surtout entendu dire qu’elle n’aimait pas la France. Tout fout le camp…

Enfin, la polémique autour du clip de Justice Stress ne cessant d’enfler, et SURTOUT parce que je n’ai pas beaucoup vu/lu ce texte sur les blogs, voici le communiqué de presse officiel dont s’est fendue la maison de disques pour expliquer la vidéo “scandale” du groupe

“La vidéo de Stress est née d’une idée : offrir un clip indiffusable en télé à un titre indiffusable en radio. Sans la contrainte de réaliser un clip “diffusable”, nous avons pris toutes les libertés avec ce support. Pas pour choquer gratuitement : juste pour ouvrir le débat, susciter des questions, comme le font régulièrement le cinéma, la littérature ou l’art contemporain.

Avec cette liberté viennent des risques : être mal interprétés, voire instrumentalisés. Nous ne l’avons à l’origine confié qu’à un seul site web (celui de Kanye West), certains que ce clip trop long, trop violent et aussi peu consensuel ne pouvait exister qu’en dehors des schémas habituels. Nous étions conscients que le clip était sujet à controverse. Nous n’imaginions pas un instant que le débat irait si loin, que nous nous retrouverions à devoir nous justifier sur des sujets aussi graves.

Mais la récupération massive de ce clip, en quelques heures seulement, nous a rappelé à quel point il est difficile aujourd’hui de contrôler la destination des images et l’intégrité de leur propos. Nous n’avons ni l’intention ni la légitimité de parler en profondeur des problèmes de société.

Ce film n’a jamais été envisagé comme une stigmatisation de la banlieue, comme une incitation à la violence ou, surtout, comme un moyen larvé de véhiculer un message raciste. Cette vidéo n’a jamais été censurée. Nous avions pris dès le départ la décision de refuser systématiquement toute diffusion télévisuelle afin de ne l’imposer à personne.

Nous avons donc toujours laissé au spectateur le choix de la voir ou de l’ignorer sans jamais tenter d’orienter sa pensée, conformément à l’idée que nous nous faisons de l’art et du divertissement.

Gaspard & Xavier, JUSTICE”

Alors, gros coup de marketing ou honnêteté intellectuelle ? Tout fout le camp…

Vivement l’Eurovision et la prestation de mon pote Tellier samedi…

Free Your Speech # 4 : Fink

Posted in concert, daft punk, distance and time, fink, je ne sais quoi, justice, kings of leon, live, ninja tunes, oizo, radiohead, Sammy Decoster, these new puritans, trabendo on February 1, 2008 by freeyourmind

30 janvier, 17h57, j’arrive avec un peu de retard au Trabendo… En fait pas tant que ça, Fink et son groupe terminent tout juste de faire les balances…

– Hey, Thomas!

It would be me! Le groupe me reçoit dans sa loge. Ambiance décontractée, relax, back stage à la Taratata. Je m’assois en face de Fink. Il est jeune, tout juste la trentaine, cheveux ultra-courts et regard très chaleureux. Je me sens à l’aise. L’interview peut commencer, je démarre le magnéto…

1/ Peux-tu te présenter stp?
Fink du label Ninja Tunes, producteur, auteur/compositeur/interprète et guitariste. Nous sommes en tournée actuellement avec mon groupe: Paris ce soir puis Rennes, Marseille, Montpellier… Ca va être bien tout ça.

2/ Que signifie Fink?
Mon prénom est Fin. Lorsque j’ai commencé en tant que producteur d’electro (2000), tout reposait sur l’anonymat: il fallait éviter les photos de presse, avoir un pseudo… Ca m’a pris une journée entière pour trouver un nom dans un style Ninja Tunes ! J’avais pensé au départ à Finq avec un q, ça sonnait un peu comme funk tu vois, mais Ninja Tunes a dit que ça sonnait trop français! C’était avant que la France soit cool!! Maintenant, la France est cool!!

3/ Quelles sont tes influences?
Ma musique s’inspire d’artistes folk comme Joni Mitchell ou John Martin. J’aime beaucoup John Lee Hooker qui est capable de faire tout un album avec la même note. Je n’en suis pas capable mais j’adore ce courage, cette liberté de s’affranchir de chorus si on ne veut pas de chorus… Ce que je fais est entre le folk et la soul: c’est du folk car je joue d’un instrument folk et c’est de la soul car ma voix est plutôt soul.

4/ Comment travailles-tu?
Tout part souvent d’un riff, un peu comme une boucle electro tu vois, hypnotisante. Ca m’obsède souvent pendant des jours! Puis j’y associe des paroles que j’ai de côté également et tout se concrétise.

5/ Quels sont tes projets pour 2008?
Nous n’allons plus beaucoup tourner en 2008: ceci est notre dernière tournée. Nous allons peut-être repartir aux USA mais ce ne sera pas avant le printemps. Sinon, je suis en train de travailler sur un autre projet: un album d’electronica sur un autre label. Quelque chose de plus dub-electro… J’écris aussi beaucoup de chansons, pour John Legend par exemple. Je préfère par contre éviter les featuring car tu n’as aucun contrôle sur ce genre de projets.

6/ Et les tournées, ça te plait?
Ça me plait quand c’est bien! Le problème c’est que tu ne sais jamais ce que ça va donner. Et je ne parle pas en termes de public, je parle de moi! Je me nourris beaucoup du public donc c’est important que l’audience soit réactive.

7/ Tu as parlé d’un projet orienté electro: peux-tu revenir dessus?
Ce projet vient tout juste d’être signé, c’est encore assez complexe et politique. Le dub est la base du projet. Quand mon groupe et moi nous nous relaxons, nous jouons du dub style Mad Professor. Du vrai dub tu vois avec des beats et des guitares, pas du reggae. J’adore des types comme Finlay Quaye, Maverick a strike est un classique. J’essaie de faire ça avec de l’electro sans que ça sonne trop german coffee table dub, sans vouloir être offensant!! Entre 2 albums de Fink, j’ai besoin de vacances et comme je ne peux physiquement pas prendre de vacances, je joue de l’electronica.

8/ Peux-tu me parler de Distance and time, ton dernier album?
Distance and time est le 1er album que je ne produis pas. Andy Barlow du groupe Lamb, qui n’existe plus aujourd’hui mais qui était énorme dans les années 90, a produit l’album. C’était intéressant: Andy nous a appris tout un tas de choses sur les tournées, les concerts et nous, on lui a appris comment produire un groupe. L’album nous a pris 3 semaines à être bouclé, on aurait pu le faire plus vite mais Andy qui vient d’une major prend son temps… C’est vrai que venant d’un label indé, on ressent plus le besoin de produire rapidement un album. C’est le cas quand tu tournes beaucoup et que par exemple, tu pars sur la route en mai, tu as besoin de finir l’album en février pour l’intégrer au show avant la tournée. Histoire d’avoir du choix… C’est quelque chose qui nous motive beaucoup et c’est pour ça que nous travaillons déjà sur 16-17 titres pour le prochain album… mais aucun ne sera joué ce soir!

9/ Des artistes/albums qui t’ont marqué en 2008?
Je fais une émission radio hebdomadaire de 2 heures dans ma ville natale de Brigton (The future rock’n’roll show) et nous programmons beaucoup de choses. Parmi les artistes qui m’ont marqué l’année dernière, je pense à Radiohead, Kings of Leon, mais je ne suis pas sûr que l’album date de 2007, plutôt fin 2006, un groupe de Montréal, les Je ne sais quoi avec ce titre Everything is finished , These New Puritans, School of language… Cette question pourrait prendre des heures à répondre! Sinon j’aime aussi Ed Banger! Mr Oizo surtout… J’aime bien ce que fait Kitsune également. Et Justice bien sûr… Tu vois Justice a été énorme en 2007, presque trop énorme. Quand je repense à Daft Punk, ce sont pour moi les Led Zeppelin/ Pink Floyd de l’electronica ! Ils ont influencé au moins une vingtaine de groupes actuels. Au milieu des années 90, il y avait Air et Daft Punk. Air a tout de suite influencé Zero 7, Groove Armada, etc. Daft Punk n’a pas eu d’influence à l’époque mais maintenant, c’est évident.

10/ In Rainbows de Radiohead a beaucoup fait parlé de lui en 2007: qu’en penses-tu?

J’ai téléchargé l’album et l’ai payé 2 £, j’étais fauché à l’époque! Tu vois, Radiohead en sont à leur 9ème album et ils en ont un peu marre des histoires de promo, les journalistes, etc. Ce qui est légitime vraiment! Et cette idée de vouloir que tout le monde ait l’album en même temps, c’est génial! Lorsque tu entends un album, qui est sur le point de sortir, passer à la radio, c’est frustrant! Tu te dis que tu aimerais bien l’avoir tout de suite, mais tu peux pas! Radiohead a remédié à ça en sortant In rainbows en même temps, pour tout le monde, sur le web. Et même si tu n’as pas l’argent, tu peux quand même le télécharger, c’est top! Je vais acheter le vynil je pense… Au fait, tu as vu le live de Radiohead sur Current TV? C’est incroyable: Thom Yorke en studio qui joue tout l’album In rainbows et qui est filmé! Il se plante, le guitariste se trompe aussi, tout ça est tellement vrai, j’adore!

Sinon, je ne pense pas que le téléchargement va tuer l’industrie du disque. Quand les radios ont commencé à émettre, les maisons de disque les ont poursuivi… et moi: à l’école, je faisais des mixtape et les donnait à mes amis. Ça poussait mes potes à acheter les albums des artistes que je compilais. Non vraiment, les gens qui téléchargent vont aux concerts, c’est évident. Ce n’est pas un problème pour moi…

Je me laisse emporter par la gentillesse de mon interlocuteur et décroche un peu de mes questions toutes faites…

Sur la fin, je lui parle de son 1er album electro Fresh Produce (17″55′), il me dit qu’il a essayé de se rapprocher du travail de Prefuse 73… Et me raconte cette histoire où le chanteur du groupe heavy US System of a down lui avoue un jour qu’il apprécie vraiment son travail electro!

Il conclut par une anecdote. Il jouait la veille sur France 3, sa première télé française, et sa guitare s’est cassée à 5 mns du direct, il a quand même réussi à jouer et m’explique comment (20″50′).

Fink interview in English @ Trabendo – Paris (full length – 22″50′)

Je quitte la loge très zen, la sérénité de Fink m’a complètement submergée…
Dans ces conditions, le concert ne peut que bien se dérouler

Après une 1ère partie assurée par Sammy Decoster, Fink et son groupe débarque sur scène. Toujours aussi cool, le groupe démarre son gig. Le Trabendo est plein à craquer, il fait bon autour de la scène, on est bien ensemble…

Fink live2 @ Trabendo 30/01/2008
envoyé par freeyourmind2point0

Paris (Very) Social Club Grand Opening

Posted in daft punk, das pop, electro, etienne de crecy, gildas, justice, masaya, midnight mike, mikhail, paris, paris social club, techno with tags on January 14, 2008 by freeyourmind

1950

2008

Le Paris Social Club reprend la suite du Triptyque (75002) et a donc élu domicile au cœur de Paris…

Il a été repris par 4 professionnels des musiques actuelles et plus généralement des métiers de la culture:

– Arnaud FRISCH & Antoine CAUDRON (Création de la Techno Parade ; Festivals Astropolis et Cabaret Remixé ; Label et tourneur UWE ; Musiques de films…),

– Manu BARRON (Création de la Condition Publique ; Programmation du Printemps de Bourges, de Dour ou Villette Numérique ; Action culturelle de la Fnac…),

– Antoine CATON.

Quand on voit la programmation, on se dit que l’on y risque de s’y sentir bien…

Programme de la soirée d’ouverture du 16 Janvier 2008 (sur carton)

  • MIDNIGHT MIKE (The Republic Of Desire / UK)
  • ZONGAMIN (XL Recordings / UK)
  • ETIENNE DE CRECY Live (Solid / FR)
  • GILDAS & MASAYA (Kitsuné / FR)
  • DAS POP (Prestel / BE)

Et hop! un p’tit mix bien senti de Mikhail (Get The Curse) pour la PSC team qui te met l’eau à la bouche!

Mikhail – Social Club Mix – 60″43′

Tracklist
01. Jackson Jones – I Feel Good (Put Your Pants On) (Pilooski edit)
02. Mock&Toof – Zomby House
03. Midnight Mike – United (12” Inch mix)
04. Uncle O – Unreleased
05. Whitey – A Walk In The Dark (Reprise)
06. Minimal Compact – Deadly Weapons (Optimo remix)
07. Scratch Massive – Shining In My Vein (Spirit Catcher remix)
08. Hot Chip – Over & Over (Solid Groove aka Switch remix)
09. Extrawelt & Morelle – Schmedding
10. DIM – Is You (Brodinski remix)
11. X-Press 2 – Kill 100 (Carl Craig remix)
12. Etienne de Crécy – Grokster

A DEMAIN!!!

Ex-Fabric Justice mix: some explanations

Posted in club, daft punk, Ed Banger, electro, fabric, justice, london, paris social club, techno on January 12, 2008 by freeyourmind

Il était une fois deux français impétueux qui s’appelaient Justice. Leur renommée était telle qu’elle dépassait les frontières du royaume et un beau jour de 2007, les britanniques de la Fabric eurent écho de leurs exploits. Non content de donner au peuple de quoi nourrir leurs ouïes affamées, ils demandèrent aux deux chevaliers français de compiler leur savoir-faire pour une série du même nom que leur club. Nos deux héros se concilièrent et se dirent “Au diable les conventions, nous allons donner aux britons un chef-d’oeuvre digne de ce nom!” Et ils se mirent au travail en prenant soin d’injecter dans leur mix des bizarreries et autres réminiscences 80s (Daniel Balavoine, Julien Clerc… Rondo Veneziano!!). Malheureusement, le mix ne plut pas aux dirigeants de Fabric et Justice fut prié de… reprendre sa copie. Explications.

We didn’t want to do just another boring mix, so we put together a selection of tunes we absolutely love, mainly weird disco tracks and French novelty acts. But Fabric turned it down. They weren’t ready for something like this. Maybe we’ll put the mix out ourselves. People should really hear it, they’d be surprised. – Xavier de Rosnay

Je t’avais dit que 2008 serait différent. Je t’avais dit que Free Your Mind te donnerait des exclus (si, quand même). Je ne t’avais pas menti… Enjoy Justice (ex-Fabric) unreleased mix!

Justice (ex-Fabric) unreleased mix – 44″12′

Tracklist
01 Sparks – Tryouts For The Human Race – Virgin
02 Rondo Veneziano – La Serenissima – Universal
03 Goblin – Tenebrae – Cinevox
04 Daft Punk – Ouverture – Virgin
05 Surkin – Next Of Kin – Institubes
06 Symbolone – Love Juice – SymbolOne
07 Korgis – Everybodys Gotta Learn Sometimes – Angel Air
08 Midnight Juggernauts – Ending Of An Era – Mindight Juggernauts
09 The Paradise Ft Romauld – In Love With You – Vulture
10 Justice – TTHHEE PPAARRTTYY (Acapella) – Ed Banger
11 Chic – Everybody Dance – Atlantic
12 Frankie Valli – Who Loves You – Warners
13 Das Pop – Underground – Das Pop
14 Julien Clerc – Quand Je Joue – EMI
15 Daniel Balavoine – Vivre Ou Survivre – Barclay
16 Richard Sanderson – Reality – Barclay
17 Zoot Woman – Grey Day – Wall Of Sound
18 Fucking Champs – Thor Is Like Immortal – Drag City
19 The Rave – Mother – The Rave
20 Fancy – You Never Know – Fancy
21 Frank Stallone – Far From Over – Universal
22 Sheila – Misery – Warners
23 Todd Rundgren – International Feel – Warners


Sources: Electrorash et Aleksi