Archive for May, 2008

Tonight’s the night: Rex 20 years Closing Party w/ L Garnier

Posted in chloé, dapayk and padberg, ellen allien, JENNIFER CARDINI, laurent garnier, rex, rex club on May 31, 2008 by freeyourmind

Le Rex Club. Laurent Garnier. 2 légendes. Un seul et unique épisode : ce soir.

Le Rex Club est selon moi (et beaucoup beaucoup d’autres), le meilleur (seul ?) club à Paris (en France ?). Au même titre qu’un Monument Historique, le Rex devrait être classé afin d’être protégé, du fait de son histoire: 20 ans de gloire, 20 ans de galère, 20 ans des plus grands DJs. A l’occasion de son anniversaire, l’équipe du Rex a convié un plateau de rêve… qui se termine en beauté ce soir avec Mr Laurent Garnier aux platines pour un set de 8h non-stop…

Les prestations du DJ et producteur, qui demeure à l’étranger le plus célèbre ambassadeur d’une conception de la musique électronique bien française, étant de plus en plus rares et ses incursions récentes vers des projets plus jazz de plus en plus nombreuses, le marathon électronique de ce soir aux platines du vaisseau sonore des grands boulevards est un évènement unique. A one-time event !

J’étais au Rex samedi dernier pour écouter les performances de la dream team minimale: Jennifer Cardini, Chloé, Dapayk & Padberg et Ellen Allien. Voici 2 minutes de l’ambiance de la soirée

J CARDINI @ 20 YEARS OF REX CLUB PARTY
envoyé par freeyourmind

MASSIVE !!
A ce soir et prend tes vitamines !

Advertisements

Musical Genealogy : JOTS -> Pharoahe Monch -> ?

Posted in godzilla, jokers of the scene, Pharoahe Monch, simon says on May 30, 2008 by freeyourmind

Et si on revenait au sujet qui nous intéresse, à savoir la musique…

Début de semaine, je postais le mix des canadiens Jokers Of The Scene que j’eus l’occasion d’écouter pour la 1ère fois au club social de Paris un soir de désœuvrement libidinal… T’excites pas mec, ils n’y sont encore jamais passés (je crois…?) mais c’est un de leur remix que j’ai entendu. Enfin, sur le coup, c’était plutôt un OVNI musical, un truc tu vois qui te sort de ta torpeur éthylique, qui te fait lever les bras en l’air en basculant la tête en arrière, les yeux fermés, la bouche entrouverte…

J’ai cherché pendant de nombreuses semaines les références du remix, dans une frénésie quasi incontrôlable. Puis, au détour d’un blog (mes potes de Streetkiss), je suis tombé dessus :

boomp3.com
Pharaoahe Monch – Simon Says (Jokers of the scene remix)

Wow, putain la claque ce titre ! Mais je ne m’arrêtais pas en si bon chemin…

Malgré mes origines musicales (à la base hip-hop), j’étais complètement passé à côté de l’album Internal Affairs des Pharoahe Monch sorti il y a quasiment 10 ans et sur lequel figure le titre Simon Says. Mouais, je sais… Donc, je m’y suis plongé avec plaisir.

boomp3.com
Pharoahe Monch – Simon Says

Et puis quand même, je me disais que cette intro tonitruante de cuivres, bouclée par la suite tout au long du track, ça devait venir de quelque part. Donc, j’y suis retourné, avec mon casque de généalogue musical. Et là, tada : la BOF de Godzilla !

boomp3.com
Akira Ifukube – Godzilla theme

Je sais, on peut dire que je suis borné comme garçon…

On est dans la merde

Posted in justice, le paris paris, paris social club, rex, stress, tryptique on May 28, 2008 by freeyourmind

L’histoire se répète.

Le problème de la France et des Français est qu’on attend toujours de toucher le fond pour se dire “maintenant, il faut réagir”. Aller, j’ose : alors qu’en cette fin mai pluvieuse, les uns fêtent non sans une étincelle dans les yeux les 40 ans d’une révolution sociale appartenant presque à la préhistoire tant les choses ont changé aujourd’hui, leurs enfants (dont moi) se rendent compte d’une chose : on est dans la merde….

On est dans la merde car d’un point de vue purement culturel, l’heure est aussi à la globalisation. Les majors du disque telles des Robert Parker de la musique uniformisent le goût des gens et tout a la même saveur…

On est dans la merde car pour s’en sortir ces même majors imposent aux médias, les radios en 1er lieu, leurs playlists qui ne correspondent plus à rien si ce n’est à un maelström indigeste, une bouillasse sonore qui leur garantit des revenus mensuels de plus en plus sporadiques.

On est dans la merde car les défricheurs de talents qu’étaient les fanzines et autres magazines musicaux suivent la tendance et pour vendre toujours plus de numéros se font les relais de ces même maisons de disque (et ne me parlez pas des blogs !).

On est dans la merde car en bout de chaîne, le consommateur (que nous sommes tous) est de moins en moins exigeant, sort de moins en moins souvent et lorsqu’ils se bougent enfin le c**, il va là où tout le monde va, danse quand les autres dansent et rentre chez lui avec le dernier métro.

Et là, tu dois te dire “Mais où veux-tu en venir, mec ?!”.

Alors que le Rex fête ses 20 ans, j’apprends ce matin qu’à quelques encablures de ce qui est le dernier club décent de PARIS (de FRANCE ?), le Paris Paris vit ses dernières heures. Je ne suis pas un ami personnel de Marco Dos Santos, je ne le connais même pas (et dieu sait que j’ai pu critiquer la prog du lieu), mais si les clubs ferment les uns après les autres, si l’offre de sortie culturelle (oui, un club est bien un lieu de sortie culturelle) se réduit à une peau de chagrin (et ne viens pas me parler du Social Club, il ne doit sa création qu’au décès du Tryptique), c’est ce même phénomène de concentration qu’on observe dans le monde de l’entreprise qui va se dupliquer à celui de la nuit. Il ne restera plus que des grandes surfaces de la nuit, des dancefloor de supermarchés, des centres commerciaux sonorisés.

Et de laisser le mot de la fin à MDS:

“PARIS, LA PLUS BELLE VILLE DU MONDE.
PARIS, UN SUPERBE POULET BIEN DORE LABEL ROUGE MAIS BIENTÔT SANS ABATS ET SANS ORGANES.

JE VOUS LAISSE, C’EST L’HEURE DE LA STAR AC’.”

Finalement, histoire de faire réagir tout le monde, c’est Xavier et Gaspard qui ont eu raison : Stress


Free your mix : Jokers of the scene

Posted in fool's gold, jokers of the scene, mix on May 26, 2008 by freeyourmind

DJ Booth et Chameleonic (aka: JOKERS OF THE SCENE) sont originaires d’Ottawa au Canada et ce sont deux types très occupés : ils ont d’abord dirigé un club pendant 5 ans et y ont invité DIPLO, MSTRKRFT, GIRL TALK, CRYSTAL CASTLES ou CSS… Ils sont aussi à l’origine de remix pour BONDE DO ROLE, BRODINSKI, DJ BLAQSTARR, DANDI WIND, TITTSWORTH, DESTROY DISCO, MUSCLES, SOUTH RAKKAS CREW et KID KUDI. Enfin, ils ont sorti de multiples productions sur le label FOOL’S GOLD

Enjoy the mix for No Love Lost

Jockers of the scene – No Love Lost mix

TRACKLISTING
01 Portishead – “Machine Gun (Jokers Of The Scene Re-edit)”
02 Santos – “The Echo Box”
03 John Dahlback – “Spitzer”
04 Popof – “Alcoolic”
05 Boy 8-bit – “Wolfen”
06 Workidz – “Twisted”
07 Mescal Kid – “Magic”
08 Nacho Lovers – “Go On (Jokers Of The Scene Remix)”
09 Jokers Of The Scene – “Acidrod (Brodinski Remix)”
10 Miles Dyson – “Anthem”
11 Jokers Of The Scene – “Baggy Bottom Boys”
12 Trap House – “Untitled”
13 Destroy Disco – “Fly Or Bounce (Jokers Of The Scene Remix)”
14 Dan Le Sac vs Scroobius Pip – “Look For The Woman (Fake Blood Remix)”
15 Vote Show Pony – “Strut (Andy George & JakZ Remix)”
16 Idiotproof – “The Deacon (Duke Dumont ‘Live From Brooklyn’ Remix)”
17 DZ – “Down”

Sunday Classic : Dire Straits

Posted in dire straits, money for nothing on May 25, 2008 by freeyourmind

Oui, vous avez bien lu, Dire Straits. Un groupe anglais de la fin des années 70, formation rock peu influencée par son époque (punk, disco) mais par le blues, la country (tout ce qui a déjà 10-20 ans et que les nouveaux courants s’emploient à laisser de côté) et les constructions de morceau “je chante / je plaque une ligne de guitare”. Vos souvenirs du groupe sont sans doute associés aux boum de votre jeunesse, au rock de papa pour certains voire aux slows langoureux sur Brother in Arms ou Romeo & Juliet, mais pour moi ils ont une toute autre dimension…

J’ai 6 ans quand sort Brother in Arms, sixième album du groupe (oui, déjà) et à la maison, la galette ornée de la Stratocaster emblématique du groupe tourne sur un des tous premiers lecteurs CD (Philips sort le premier CD des presses en 82). La grosse claque : l’orgue hammond sur Walk of Life, l’ambiance fin du monde sur Brother in Arms, la basse slappée de One World et surtout, surtout, l’intro électrifiante et le solo de Money for Nothing qui fait trembler les murs de l’appartement.

Coup de foudre instantané ! Ce titre carrément rock où Sting joue les choristes n’a pas perdu son punch en plus de 20 ans. Ils squatte les charts pendant quelques semaines, et quand MTV est diffusée en Europe, c’est le clip vidéo du titre qui innaugure la chaîne : on y voit, en images de synthèse (prouesse pour l’époque) un employé de magasin élétroménager commenter les images qui passent à longueur de journée sur les télés en démonstration. Ce qu’il voit, c’est bien sûr Mark Knopfler et sa bande dans un look très néon (repris par la suite pour la pochette de la compilation Money for Nothing) qui alimentent sa critique du starsystem, du circuit MTV / argent / filles faciles : on est en 85 et les yuppies sont au sommet de leur gloire.

Les Dire Straits ne sont alors plus vraiment « dans la dèche » (traduction du nom du groupe), ils entament une tournée de malade (250 concerts dans 117 villes en un an) et deviennent accessoirement le groupe le plus vendeur des années 80. La décénie suivante aura raison des Straits, malgré un ultime album en 91. En 93, tout est fini, et Mark va continuer en solo.

Dire Straits reste et restera mon groupe préféré, en grande partie grâce à la voix et au jeu inimitable de son guitariste et chanteur, Mark Knopfler. Cours de musique en 4ème, faites écouter à la classe votre musique préférée : Money for Nothing, Dire Straits. Vous aimez les morceaux à rallonge et les solos de guitare qui n’en finissent pas ? Écoutez les version live. Un dîner romantique ? Romeo & Juliet. Une B.O. de film culte ? Princess Bride. La discographie du groupe m’aura accompagné pendant de nombreuses années, quelques soient les circonstances.

Il y eut des tentatives de reprises, les Deep Dish s’étant notamment collés à l’éxercice périlleux du remix avec leur Deep Dish Remixes Volume 03. Au final, un morceau putassier (et rappelant étrangement le remix de Beat Sleyer du même morceau) qu’on imagine passer inaperçu au Club Mix, montrant malgré tout que même au milieu d’un track house, l’intro de Money for Nothing fonctionne toujours aussi bien. Je préfère nettement à ces médiocres références l’hommage à la vidéo de Money for Nothing par Chromeo sur Bonafide Lovin’.


All you need is Sebastien Tellier

Posted in eurovision, exclusif, interview, sebastien tellier, sexuality on May 24, 2008 by freeyourmind

A quelques heures de la grande finale de l’Eurovision, je ne résiste pas à la tentation de re publier l’interview de Sébastien Tellier, réalisé il y a quasiment 3 mois jour pour jour, dans les locaux de son label Records Makers.

Derrière l’image de grand barbu un peu bourru, j’avais en fait découvert un homme d’une grande humilité, disponible et gentil qui avait confessé avoir réalisé son album “Sexuality” sous l’emprise d’une drogue universelle et éternelle, l’Amour.

Un grand monsieur donc, ce Sébastien Tellier, qui étonne par son talent et résonne par sa sensibilité. Peu importe l’issue de la compétition ce soir, je sais en moi que c’est lui que j’ai choisi, pour représenter mes sentiments dans la pénombre de ma chambre lorsque j’ai envie d’impressionner une fille.

Go Seb, Go !!

FYM talks to Seb Tellier
envoyé par freeyourmind

LA chanson de l’Eurovision

Sébastien Tellier – Divine

Posted in brigade neurale, concours, contest, midinette records, net label, remix on May 23, 2008 by freeyourmind

Lancement officiel de la troisième mixtape de nos amis de la Brigade Neurale en partenariat avec le net label Midinette Records qui met à disposition la quasi-totalité de son catalogue…

Les règles :
– titre de 3 à 4 min maxi
– pas de style/bpm imposé
– choisir un titre parmi le catalogue de Midinette et en réaliser un remix, une reprise, n’importe quoi du moment que tu l’exploites !

Certains artistes mettront à disposition des pistes séparées.

N.B. : le concours est ouvert pour 6 mois.

Au fait, la brigade, c’est ça

Urk – The Wobble Bass of my Life