Sunday classic : Portishead

Photo: Thefabulous9mm

Elo écrivait jeudi dernier à propos de Third, le 3ème opus de Portishead, qu’elle était en quelque sorte une enfant de ce groupe période Over, titre présent sur leur second album.

Quant à moi, c’est plutôt Dummy (1er album) qui me parle le plus… Ou lorsqu’un duo de Bristol composé de Beth Gibbons et de Geoff Barrow, réalise la bande originale de son époque…

C’est en 1994 que l’album Dummy est révélé au monde… Et c’est sur fond de génocide Rwandais, d’embargo imposé à l’Irak en relation avec la Guerre du Golfe et d’épidémie du Sida que le grand public accueille cette œuvre mélancolique et introspective, avec… enthousiasme (!). La presse britannique élit Dummy comme album de l’année. Le groupe reçoit en 1995 le très convoité Mercury Prize, devançant Oasis, Blur et PJ Harvey.

Tous les titres de l’album sont empreints d’une mélancolie très mid-1990s dans la lignée de ce que font Massive Attack et Tricky, mais Roads est selon moi au dessus du lot…

En 1998, après un second LP moins bien perçu par le grand public, Portishead sort Roseland NYC Live, un somptueux album principalement enregistré à Roseland, New York avec un orchestre de 35 musiciens. Roads y est interprété bien entendu…

Comment expliquer qu’un titre joué une dizaine (une centaine?) de fois produit en moi une émotion aussi forte à chaque écoute: la chair de poule, quelquefois les larmes, les frissons toujours. It has to be a Sunday Classic, no doubt about it…


Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: